Reprendre le travail non salarié après un congé maternité

Sommaire

La reprise de l'activité professionnelle après un congé maternité se fait souvent plus rapidement pour une travailleuse non salariée, bien que son congé maternité soit aujourd'hui aligné sur celui des travailleuses salariées. Recommencer à travailler après l’arrivée d’un enfant dans le foyer demande alors une certaine organisation, de la volonté et du courage.

Voici des conseils pour reprendre le travail non salarié après un congé maternité.

1. Connaissez vos droits en tant que non-salariée après un congé maternité

Petit rappel sur les indemnités maternité en tant que non-salariée.

Bon à savoir : depuis le 1er janvier 2020, les travailleuses non salariées n'ont plus à être à jour dans le paiement de leurs cotisations pour bénéficier des indemnités journalières de maladie et maternité (décret n° 2019-529 du 27 mai 2019).

À noter : afin d'atténuer les conséquences de la crise sanitaire sur l'accès aux indemnités journalières des travailleurs indépendants, les revenus de 2020 peuvent être neutralisés pour le calcul du revenu moyen pris en compte pour les arrêts de travail, les congés maternités ou paternités si le calcul conclut à une baisse des indemnités journalières. Cette neutralisation des revenus est maintenue par la loi n° 2022-1616 du 23 décembre 2022 de financement de la sécurité sociale pour 2023 pour les arrêts débutant entre le 1er janvier et le 31 décembre 2023.

L'indemnité journalière forfaitaire d'interruption d'activité

Toutes les indemnités relatives à la maternité sont soumises à conditions de revenus. Elles diffèrent donc selon votre statut : micro-entreprise ou commerçant, par exemple.

  • En-dessous d'un certain plafond de revenus annuels, une réduction de 10 % est appliquée à l'allocation forfaitaire due. Le revenu d'activité annuel moyen est calculé sur la base des revenus des 3 dernières années.
  • Renseignez-vous auprès de la Sécurité sociale afin de connaître le montant exact de votre indemnité.

Un contrat prévoyance Madelin (loi Madelin), dans le cadre de la « Garantie arrêt de travail », permet de compléter vos indemnités.

Bon à savoir : depuis le 1er janvier 2020, les travailleurs indépendants sont rattachés au régime général de la Sécurité sociale.

La durée de l’interruption d’activité

Elle doit être d’au moins 56 jours consécutifs, dont 14 jours doivent immédiatement précéder la date présumée d'accouchement.

  • Respectez le nombre de jours légaux pour bénéficier des indemnités maternité.
  • Renoncez à vos droits si vous souhaitez reprendre plus tôt.

Vous pouvez prolonger votre congé maternité jusqu'à 112 jours consécutifs, dans certaines situations : grossesse difficile, grossesse pathologique, accouchement prématuré, grossesse gémellaire, adoption, hospitalisation.

  • Procédez comme pour une première demande de congé maternité en adressant à votre organisme d’assurance maladie un certificat d'arrêt de travail.
  • Joignez-y une déclaration sur l'honneur attestant de votre interruption d'activité.

La loi n° 2018-1203 du 22 décembre 2018 de financement de la sécurité sociale pour 2019 a aligné la durée du congé maternité pour les indépendantes sur celle du congé maternité du régime général. Les travailleuses indépendantes, cheffes d’entreprise ou conjointes collaboratrices peuvent donc bénéficier d’un congé maternité de 16 semaines soit 112 jours (sous réserve de cessation totale d'activité professionnelle au moins 14 jours avant la naissance et 56 jours au total). 

Bon à savoir : n'hésitez pas à consulter le site Pajemploi.fr pour de plus amples renseignements.

Après un congé maternité, vous bénéficiez de plusieurs droits en tant que travailleuse non salariée.

L'allocation forfaitaire de repos maternel

L’allocation forfaitaire de repos maternel est destinée à compenser votre diminution d'activité.

Important : n’oubliez pas d’envoyer le certificat d'accouchement et la feuille d'examen prénatal du 7e mois à votre caisse d'assurance maladie.

Le congé parental

Si vous souhaitez rester auprès de votre bébé, vous pouvez bénéficier d'un congé parental.

  • L'allocation de congé parental n'est pas fonction des revenus antérieurs, c'est une allocation de la Caisse d'allocations familiales.
  • Vous devez prouver que :
    • vous avez cotisé le nombre suffisant de trimestres vieillesse pendant une période donnée (variable selon le nombre d'enfants) en demandant une attestation à votre caisse ;
    • vous interrompez votre activité par une attestation sur l'honneur.

Les aides à la garde de votre enfant

Inscrivez-vous à la CAF pour bénéficier d'une aide avec le dispositif Paje (prestation d'accueil du jeune enfant).

Bon à savoir : pour connaître vos droits à un crédit d'impôts, n'hésitez pas à prendre contact avec les services concernés.

2. Retrouvez vos clients après votre congé maternité

L'interruption de votre activité à la suite de votre grossesse a été de courte durée : 2 à 3 mois. Toutefois, soyez prudente, on est vite oubliée quand on n’est pas là.

Restez en contact avec vos clients

Envoyez une carte de naissance par e-mail à vos clients et vos partenaires, en partant de votre listing.

Bon à savoir : si vous effectuez un métier qui vous conduit à travailler dans un lieu ouvert (bureau, salon, etc.), affichez-la ; cela dépend de votre profession et de votre rapport à la clientèle.

Informez vos clients et partenaires de votre retour

15 jours avant de reprendre le travail, informez-en tous vos clients par mail. Puis :

  • organisez, si vous le sentez, un pot de retour avec vos principaux clients, votre comptable et vos partenaires ;
  • dans les professions de conseil, prenez rendez-vous pour faire le point et reprendre les dossiers avec vos principaux clients, vos partenaires et votre éventuel remplaçant.

Retrouvez le dynamisme que vous aviez en partant, restez fiable et professionnelle.

3. Organisez-vous pour reprendre votre travail non salarié après un congé maternité

La reprise du travail après votre congé maternité va nécessiter de votre part une bonne organisation : vous allez jongler entre votre vie de mère de famille, la gestion de votre entreprise et vos clients.

Anticipez la reprise de votre travail

Entreprenez, très en amont de la date de votre reprise, votre recherche de mode de garde, surtout si vous souhaitez une place en crèche. En effet, en obtenir une s'avère parfois un long parcours, complexe, surtout si vous travaillez à partir de chez vous.

  • Chaque établissement a ses critères mais, très souvent, la priorité est donnée aux parents en recherche d'emploi ou aux actifs salariés.
  • Préparez une argumentation, en présentant la nécessité pour vous de disposer de temps pour développer votre activité afin de pouvoir prospecter la clientèle à l'extérieur de chez vous : cela s'assimile, de fait, à une recherche d'emploi.

Bon à savoir : l'idéal, pour avoir le mode de garde qui vous convienne – et notamment une place en crèche –, est de commencer à vous en préoccuper dès le début de votre grossesse.

Gérez votre temps avec votre enfant

Il est important que vos temps de travail soient efficaces. Pour cela, fixez-vous des règles :

  • N'essayez pas de travailler pendant les siestes de votre tout-petit, elles sont parfois très courtes.
  • Trouvez un mode de garde à l'extérieur, même si vous travaillez chez vous.
  • Ne vous inquiétez pas : si vous avez pris le temps de tout préparer et d'habituer votre enfant, il ne souffrira pas de la séparation ; il n'en est pas de même pour vous.
  • Préparez-vous à cette séparation : prévoyez des temps privilégiés avec votre enfant, où vous lui êtes totalement disponible, sans portable ni ordinateur. Les temps de séparation seront moins durs.
  • Si vous souhaitez allaiter, aménagez-vous des horaires.
    • Reprenez éventuellement à temps partiel.
    • Si vous souhaitez passer au biberon, anticipez.

Bon à savoir : quel que soit le mode de garde choisi (même vos parents), faites une adaptation progressive, en prévoyant des périodes de séparation, de plus en plus longues, avant de reprendre votre activité professionnelle.

Conseil : si votre profession vous amène à rencontrer de la clientèle, veillez à avoir un mode de garde souple sur les horaires.

Gérez votre temps professionnel

Donnez-vous un cadre, séparez le temps consacré à votre activité professionnelle et celui réservé à votre enfant. Faites un planning.

  • Triez vos activités professionnelles (gestion et clientèle), maternelles et personnelles : supprimez tout ce qui est inutile et conservez ce qui est important, ce que vous aimez.
  • Apprenez à déléguer : papa, frères et sœurs, colocataires…
  • Répartissez tout ce qu'il vous reste à faire dans votre planning.
  • Affichez ce planning.

Conseil : si vous êtes une maman solo non salariée, pensez aux différents formes d'entraide possibles : roulement de covoiturage avec d'autres parents pour les activités des grands ou de repas avec une voisine (un soir chez l'une, un soir chez l'autre), échange pour la garde d'enfants, les courses au supermarché…

Gardez du temps pour vous-même

Pensez à vous ! Gardez un peu de temps pour vous, ménagez-vous, détendez-vous. Il ne sert à rien de vous pousser à bout, votre fatigue nuirait à tout le monde.

  • Prenez soin de votre corps.
  • Gardez du temps pour vos ami(e)s.
  • Préservez votre vie de couple : passez du temps à deux.
  • Prenez l'air, bougez, et si vous êtes sportive, reprenez le sport.
  • Ménagez-vous un espace temps où vous retrouver : pour lire, écouter de la musique, jardiner…
  • Prenez soin de vous.

Ces pros peuvent vous aider