Comment se mettre à son compte ?

Sommaire

Vous souhaitez vous mettre à votre compte : auto-entrepreneur, travailleur indépendant, société unipersonnelle… Vous avez une idée, des compétences, un métier que vous voulez exercer en toute indépendance. Comme pour toute création d'entreprise, cela est un projet de changement qui se prépare et se construit.

Voici comment se mettre à son compte.

 

1. Faites un bilan professionnel et personnel

Avant de vous lancer dans un changement qui peut bouleverser votre vie, analysez votre situation, votre environnement et vos ressources :

  • Quelle est votre situation professionnelle actuelle ? Comment allez-vous quitter cet emploi ?
  • Quelle est votre situation familiale ? Pouvez-vous prendre le risque de quitter votre emploi au regard de cette situation ?
  • Quelle est votre situation patrimoniale ? Avez-vous des ressources pour le démarrage ?
  • Avez-vous autour de vous des personnes qui vous soutiendront dans ce changement ?
  • Quelle sont vos compétences et votre personnalité ? Avez-vous le profil entrepreneurial ? Pensez qu'il ne suffit pas d'avoir une idée ou d'avoir un métier pour réussir à le mettre en actes seul. S'installer à son compte demande des compétences périphériques que vous ne détenez peut-être pas : compétences commerciales, aptitudes relationnelles, gestion émotionnelle, goût du risque et de l'incertitude, leadership, compétences en gestion…

Au regard de vos réponses à ces questions, demandez-vous si vous êtes prêt à tout changer et définissez les actions périphériques à votre projet que vous devrez mettre en place. Commencez à préparer le terrain :

  • Rencontrez votre employeur pour lui parler de votre projet.
  • Expliquez votre projet à votre entourage, rassurez-les.
  • Réfléchissez à un mode de garde pour vos enfants, prospectez les structures de garde. Mettez votre dossier sur des listes d'attente.
  • Revoyez votre train de vie car il va falloir diminuer quelques dépenses.

2. Validez votre idée et éprouvez votre motivation en faisant une étude de marché

Vous êtes toujours motivé, vous vous sentez confiant, vous pouvez maintenant valider votre idée en la confrontant à une étude de marché. Voici quelques questions pour vous guider.

  • Le secteur :
    • Y-a-t-il une réglementation spécifique à ce secteur ? à votre métier ?
    • Quel est l'état du marché ? Quelles sont les tendances d'avenir ?
    • Y-a-t-il des innovations, des projets dans ce secteur ?
    • Est-ce un marché régulier ? saisonnier ?
  • La demande :
    • Qui sont les clients ?
    • Quelles sont les caractéristiques de la clientèle visée ? Quelles sont ses préférences ? Quels sont ses besoins et ses motivations ?
    • Quels sont les voies d'accès pour les atteindre : appel à projet, vente directe, publicité, Internet, réseaux sociaux… ?
  • L'offre :
    • Que propose la concurrence ? Faut-il se différencier ? Comment ?
    • Comment se portent les concurrents ? Quels erreurs font-ils ? Comment y remédier ?
    • Y-a-t-il une niche ?

3. Progressez par étapes pour vous mettre à votre compte

Vous êtes toujours motivé : lancez-vous ! Fini le questionnement et l'analyse, il est temps de passer à l'action.

Organisez votre changement de statut

En tant que salarié, prenez un congé création, aménagez un cumul des deux activités ou prenez un congé sabbatique, vous pourrez ainsi quitter l'entreprise plus tard :

  • Si nécessaire, parlez-en à votre employeur.
  • Abordez le projet avec votre banquier ou des investisseurs potentiels et un expert comptable. Rendez-vous dans une boutique de gestion.

Vous pouvez bénéficier de l’ACRE (aide aux créateurs ou repreneurs d'entreprise) en tant que créateur ou repreneur d’entreprise. Vous bénéficierez ainsi d'un allègement des charges sociales et d'un accompagnement professionnel.

Bon à savoir : l'ACRE remplace l'ACCRE (aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d'entreprise) depuis le 1er janvier 2019. Initialement réservée aux demandeurs d'emploi, cette exonération de charges sociales était alors ouverte à tous les créateurs ou repreneurs d'entreprise. Le décret n° 2019-1215 du 20 décembre 2019 et l'article 274 de la loi de finances pour 2020 sont venus restreindre le bénéfice de l'ACRE à compter du 1er janvier 2020, avec des conditions restreintes d'éligibilité et une modification du montant et de la durée des exonérations accordées aux micro-entrepreneurs.

Donnez un cadre à votre idée

  • Devez-vous la protéger ? S'agit-il d'une idée, d'un concept, d'une marque ou d'un brevet à protéger ? Renseignez-vous à la CCI, de nombreuses possibilités existent.
  • Avez-vous la possibilité d'entrer dans un réseau de franchises pour réaliser votre projet ? Avez-vous intérêt à le faire ?
  • Devez-vous demander une autorisation pour exercer ?

Consolidez vos compétences

  • Détenez-vous toutes les compétences techniques et/ou périphériques ?
  • Êtes-vous dans l'obligation de passer un diplôme, de détenir une certification, de suivre un stage ?

Faites votre business plan, ou budget prévisionnel

Pour faire votre business plan, répondez aux questions suivantes :

  • Mon projet est-il rentable ?
  • Quel est le montant du financement nécessaire pour le lancement de mon projet ?
  • Quel revenu puis-je espérer ?
  • Commencez à chercher vos futurs fournisseurs et prestataires. Demandez des devis.
  • Faites des projections financières pour les 5 premières années d'activité.

Trouvez un lieu d'exercice

  • Si vous travaillez de chez vous ou directement chez des clients, c'est simple.
  • Pensez aux espaces de coworking : ce sont des espaces partagés de bureaux loués à faible prix.
  • Pour un local commercial ou de production, cela peut vous prendre du temps.

4. Informez-vous sur les statuts juridiques

Vous disposez pour vous mettre à votre compte de différentes possibilités, depuis l’installation en tant qu'auto-entrepreneur jusqu'à la création d’une société unipersonnelle. En voici un aperçu. Le mieux est de vous rendre au centre de formalités des entreprises (CFE) de votre CCI qui vous expliquera les différents statuts juridiques et vous guidera dans votre choix. Vous pouvez également suivre leur module de formation à la création d'entreprise.

  • Auto-entreprise et micro-entreprise :
    • Les formalités sont simples, vous pouvez bénéficier jusqu'à une certaine hauteur de chiffre d'affaires du régime d'auto-entrepreneur.
    • Vous bénéficiez du régime micro-social (charges sociales réduites), du prélèvement libératoire d'impôt sur le revenu, de la franchise de TVA, d'une comptabilité ultra-simplifiée (livre de recettes et registre d'achats).
    • Protégez-vous avec la déclaration d’insaisissabilité.
    • En micro-entreprise, vous êtes placé sous le régime des travailleurs indépendants.
  • Entrepreneur individuel (anciennement EIRL).

Bon à savoir : la loi n° 2022-172 du 14 février 2022 a mis fin au statut de l'EIRL (entreprise à responsabilité limitée) à compter du 15 février 2022. Les personnes exerçant sous ce statut continuent d'être régies par les dispositions propres à l’EIRL mais il n’est plus possible d'opter pour ce statut depuis cette date.

  • Société SASU : rendez-vous à la CCI au centre de formalités des entreprises ou dans une boutique de gestion qui vous renseignera sur les avantages et inconvénients de ces statuts.
  • Couveuse d'entreprise : c'est un dispositif d'accompagnement à la création d'entreprise. Votre entreprise sera hébergée et vous serez accompagné dans votre projet. Vous pourrez ensuite entrer dans une pépinière d'entreprise. Vous serez porté juridiquement par ces dispositifs, cela vous donnera du temps pour vous tester et pour mûrir le choix de votre statut. Prenez contact directement avec la couveuse, vous serez reçu pour monter votre dossier de demande. Si votre dossier est accepté, votre parcours de créateur commencera, porté par la couveuse.

5. Faites le montage financier de votre entreprise

Pour certains projets, vous n'aurez pas besoin de financements (métiers de consultants, par exemple), d'autres demanderont de lourds investissements. Réunissez les fonds. Faites le point sur :

  • les apports personnels que vous pouvez effectuer ;
  • les apports des investisseurs que vous pouvez faire entrer dans le projet ;
  • les financements que vous pouvez espérer obtenir par les établissements de crédit ;
  • les aides financières dont vous pouvez bénéficier. Fouillez, de multiples possibilités existent, en fonction de votre idée :
    • ACRE pour les demandeurs d'emploi ;
    • prêts de soutien à taux zéro ;
    • aides de la région ;
    • aides aux projets innovants ;
    • appels à projet ;
    • subventions…
  • les promesses de vente ;
  • les apports en nature (matériel, local, etc.), que vous devez faire évaluer.

6. Créez votre entreprise !

  • Décidez de la forme juridique de votre entreprise et de sa dénomination sociale (vérifiez-la auprès de l'INPI). Faites-vous conseiller à la CCI, par un expert comptable et, parfois, sur certains secteurs, par un avocat.
  • Préparez votre dossier de création. La liste des pièces par type de dossier se trouve sur ce site. Les sociétés doivent auparavant préparer un projet de statuts. Ce n'est pas nécessaire pour les entreprises individuelles.
  • Pour finir, déposez votre dossier de création au CFE qui vous conseillera et effectuera les démarches auprès de l'Urssaf et des impôts. Vous pouvez également faire la démarche par Internet. Les travailleurs indépendants peuvent se rendre directement à l'Urssaf.

Bon à savoir : jusqu'au 14 mai 2022, les entrepreneurs individuels devaient se rendre chez un notaire dès le commencement de leur activité pour effectuer une déclaration d’insaisissabilité qui permettra de protéger leurs biens immobiliers hors résidence principale. Depuis le 14 mai 2022, un nouveau statut juridique d’entrepreneur individuel est entré en vigueur. Les patrimoines personnel et professionnel de l’entrepreneur individuel sont scindés et l’ensemble du patrimoine personnel de l’entrepreneur individuel est donc protégé de plein droit.

À chaque étape, vous devrez prendre des décisions. Si vous allez jusqu'au bout de ce fastidieux parcours, vous pouvez être rassuré sur votre motivation. Bon courage !

Ces pros peuvent vous aider